Tue toit ment, mais perd !

Malfaçons, DTU, et décennale de toitures ! Comment faire quand une toiture d’usine est percluse  de défauts, de non respects des règles professionnelles, mais suffisamment « bien – méfaite » pour ne guère entrainer de réfection prise en charge par l’assureur ? Tout l’art du mécréant rencontré dans ce cas (qui heureusement n’est pas le reflet d’une profession) est ici. Le pire est bien la protection dont il bénéficie et qui le « couvre »… la Décennale ! Cette garantie porte essentiellement sur l’impropriété à destination.  Bien entendu aucun critère d’esthétisme n’est envisageable ! Les tôles de toiture, peuvent être rouillées très vite par les conséquences de meulages sur place, de coups d’outils…

Si lui, l’industriel ne peut pour ainsi dire éviter le moindre défaut de sa production, notre pseudo professionnel du bâtiment – dans ce cas -, lui pouvait à priori tout se permettre, ou presque ! Le fait qu’il pleuve dans l’usine était tout de même une véritable accroche pour obtenir une forme de réparation. Je dis bien une forme, et hélas inacceptable… Nous aurions bien aimé envisage le Dol, si nous avions pu… Il fallait donc s’y prendre autrement pour obtenir la réfection complète de la toiture, et non pas un taconnage, combiné de bouche trous siliconés aux restes de prothèses amères… Je n’exagère pas ! Nombre de rivets, et  couvre-joints de trappes et autres reprises étaient saturés de cette matière détournée de son objet pour tenter de camoufler une incompétence plus proche de la malhonnêteté « sabotante ».

Il m’a fallu sortir de la simple analyse des DTU, des règles de la Décennale (sachant que j’ai géré ce cas sans assurance de Dommages à l’Ouvrage). Si l’Expert de la compagnie a fait preuve de résistance excessive, la gestionnaire de sinistre de la compagnie à su très vite comprendre, elle, notre légitime et logique argumentation. Nous avons donc obtenu gain de cause et, dans son intégralité ! Nous avons obtenu la réfection complète des parties de toitures massacrées et pour l’intégralité du devis raisonnable que nous avions ! Il y a donc moyen de défendre, de façon correcte des intérêts majeurs – à l’amiable.

Tue toit fût une tuile c’est un fait : beau toi ça repente – chante à tue-tête !

Publié dans Raison d'être, Sinistre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :